Catégories
LIFESTYLE

Semaine de l’engagement : la « Tenue Républicaine »

Tenue républiquoi ? Nos conseils pour être un.e allié.e du tonnerre !  Vous le savez déjà probablement, la volonté de CrushON, c’est de révolutionner le monde de la mode en défendant une consommation vintage éthique et durable, mais aussi de voir plus loin que cela ! Nous souhaitons agir pour un monde meilleur, plus […]

Tenue républiquoi ? Nos conseils pour être un.e allié.e du tonnerre ! 

Vous le savez déjà probablement, la volonté de CrushON, c’est de révolutionner le monde de la mode en défendant une consommation vintage éthique et durable, mais aussi de voir plus loin que cela ! Nous souhaitons agir pour un monde meilleur, plus équitable et plus juste. 

Cette semaine, du 12 au 18 septembre, CrushON a donc lancé une semaine de l’engagement, sur le sujet polémique de la “Tenue Républicaine”. En effet, lundi 14 septembre 2020, des lycéennes se sont mobilisées partout en France pour contester les règlements sexistes de leur établissement scolaire. Les lycéennes ont dit NON, et toutes les femmes doivent dire NON à ce regard oppressant et plein de jugement sur  leur tenue.

Ce débat va toutefois bien plus loin, et englobe la condition de la femme dans notre société, encore bien trop inégalitaire. 

1. Avoir la volonté de s’informer et d’écouter 

L’auteur féministe Simone de Beauvoir disait que “le principal fléau de l’humanité n’est pas l’ignorance, mais le refus de savoir.” Cette première étape semble anodine, mais est en réalité primordiale afin de comprendre et de pouvoir juger de l’information dans sa globalité.

S’informer, c’est apprendre via la Fondation des Femmes et le collectif Nous Toutes que 81% des femmes ont déjà été victimes de harcèlement dans les lieux publics, que 94 000 femmes sont victimes de viol ou de tentative de viol chaque année en France ou qu’il y a eu 74 féminicides depuis le début de l’année 2020. S’informer, c’est prendre conscience de la situation. 

S’informer et écouter starter pack : on commence par suivre @noustoutesorg, @irenevrose, @clitrevolution, @jemenbatsleclito, @gangduclito et @memepourcoolkidsfeminist

2. Avoir la volonté de déconstruire 

Combattre la société patriarcale, la masculinité toxique, le slut shaming, mettre en place une vraie société égalitaire, oui, oui et encore oui, mais par où commencer ? On a souvent l’impression de s’attaquer à une montagne insurmontable, mais la déconstruction est un bon point de départ. Il s’agit de déconstruire l’éducation qu’on a reçue.

On nous apprend encore trop souvent que les filles doivent croiser les jambes quand elles portent une jupe, qu’elles ne doivent pas parler trop fort et beaucoup d’autres fais-pas-ci-fais-pas-ça. On véhicule aussi trop souvent une image de ce que devrait être l’homme idéal : fort, manuel, et le sempiternel “un homme ça ne pleure pas”. C’est en déconstruisant tous ces clichés que chacun.e sera libre d’agir comme bon lui semble et que l’égalité à laquelle on aspire tant pourra devenir réalité.

Déconstruire starter pack : on suit @la_b.a.s.e et @lesbadass, on rigole, on s’insurge face à certaines publications, et on pratique son anglais en suivant @thefeministvibe.

3. Avoir la volonté de s’entraider 

Solidarité, en voilà un mot qu’on utilise à tort et à travers, mais dont ne voit pas systématiquement l’application concrète. Il est donné à chacun.e d’écouter, de prêter une oreille attentive aux personnes concerné.e.s, que ce soit pour aider, s’informer, être une présence ou s’éduquer. Il s’agit d’étendre ce principe au-delà de notre cercle intime, et de l’appliquer à toutes les femmes qui croisent notre chemin.

Il s’agit donc de rentrer avec sa copine si elle ne se sent pas de rentrer seule, soutenir sa collègue si elle subit des propos sexistes au travail mais aussi de venir en aide à une femme acculée sur la voie publique ou à une femme victime de harcèlement dans les transports en communs. Être un.e allié.e, c’est se serrer les coudes et prendre position. 

S’entraider starter pack : on suit @jointhesorority, on enregistre le numéro pour déclarer le harcèlement dans les transports : 31 17 pour envoyer un appel et 31 177 pour un SMS qui peut tout changer. 

4. Avoir le courage de parler  

C’est en prenant la parole ou en la donnant que nous pouvons faire avancer les choses. Si tu as été victime de violence, de harcèlement ou de propos sexistes, tu peux en parler à une personne en qui tu as confiance : un.e membre de ta famille, un.e ami.e, un.e professionnel.le, un.e inconnu.e…

Si tu le souhaites, et seulement si tu le souhaites, tu peux aussi témoigner et partager ton expérience sur les réseaux sociaux afin de donner de la visibilité à la situation que tu as vécue, et qui est sûrement vécue par des milliers d’autres femmes en France et à travers le monde. 

Parler starter pack : chacun.e est libre de parler mais cela est plus ou moins difficile. @cochetescases et @disbonjoursalepute sont des comptes Instagram sur lesquels sont repartagés des témoignages anonymes. Vous n’êtes pas seul.e.s 🤜 🤛

5. Avoir le courage de militer 

Pour être un.e allié.e, tu peux aussi militer et prendre part à l’action collective. Au quotidien, il s’agit de lutter contre les clichés, contre les remarques sexistes et discriminantes, de s’élever contre une injustice notoire, de venir en aide aux victimes. Mais tu peux également lutter de façon plus ponctuelle en participant à des rassemblements, manifestations et conférences, ou sur le long terme en soutenant des associations portant la cause des femmes

Militer starter pack : on met dans nos agendas les manifestations féministes recensées sur Osez Le Féminisme, on propose une initiative ou on en soutient une sur Meufs Meufs Meufs. 

Tu peux d’ailleurs commencer dès maintenant, en faisant un don à la Fondation des Femmes, première structure de collecte qui oeuvre en faveur de l’égalité femmes-hommes et qui lutte contre les violences faites aux femmes. 

Je fais un don !

Bref, tu l’auras compris, il y a mille et une manières d’agir. Ces 5 conseils sont loin d’apporter une solution exhaustive à la lutte pour l’égalité femmes-hommes, mais c’est un début, et chaque petite pierre ajoutée à l’édifice est précieuse.